Promenande avec le pressoire

 

Il y a dix caves particulières à Douzens (750 habitants). C’est étrange, mais cette concentration n’est pas source de discorde, de rivalité, de bagarres terribles lors des fins de soirées bien arrosées. On s’entend assez bien et certains d’entre nous sont même copains.  On partage du matériel – ce qui est logique comme on a tous besoin des mêmes trucs. Dans notre petit village, on est si proche géographiquement que l’on peut voir l’élévateur de notre pote Jean–Pierre descendre l’avenue principale en direction de notre cave – nous en avons besoin à peu près 2 jours par an – ou Michel qui charge ou décharge l’égrapoir ou l’étuquetteuse qu’on a achetés ensemble.

Jean-Pierre a un vignoble qui fait plus 20 fois la taille du nôtre et donc c’est souvent nous qui empruntons son matériel.  Cette fois-ci on a pu renvoyer l’ascenseur.  Il avait besoin de notre « petit » pressoir pour une cuvée spéciale trop petite pour son immense pressoir. Après une grande discussion, Didier et Fernando ont décidé que la manière la plus facile de déplacer la presse était à pied.

J’ai photographié « la promenade avec le pressoir » dans l’avenue principale de Douzens et j’ai monté un film (nul certes) avec mes photos.  Le film ne m’a pris que la majeure partie de la journée d’hier et la veille – une nette amélioration par rapport au premier film que j’ai fait.

Je pense que toute notre récolte rentrerait dans une des cuves de Jean-Pierre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *